7 décembre 2022
Accueil » Rebondissement dans l’affaire de la diplomate Sénégalaise « arrêtée et battue » par la police canadienne.

Rebondissement dans l’affaire de la diplomate Sénégalaise « arrêtée et battue » par la police canadienne.

L’intervention de la police au domicile de la diplomate s’expliquerait par le fait qu’elle devait plus de 45 000 $ à son bailleur, d’après les informations relayées par la presse canadienne. Un jugement aurait même été rendu par le Tribunal du logement du Québec.

«En juin, le Tribunal administratif du logement (TAL) a condamné la diplomate à verser plus de 45 000 $ à son ancien propriétaire en fonction de l’état dans lequel se trouvait le bungalow meublé loué. Des preuves en image ont montré que la propriété était pleine de cafards, les meubles éraflés et rayés… tout était sale.», selon le procès verbal du jugement rendu par le tribunal du logement, rapporté par le journal canadien. 

Le ministère sénégalais des Affaires étrangères accuse la police canadienne d’avoir « sauvagement battu »  son « représentant diplomatique. »

Dans un communiqué daté de jeudi et publié vendredi dernier, le ministère de tutelle faisait état « d’une descente d’une violence singulière par la police canadienne le 2 août à la résidence d’une diplomate sénégalaise au service de l’ambassade du Sénégal à Ottawa ».

Le document stipule que la diplomate a été « menottée et sauvagement battue au point qu’il avait des problèmes respiratoires » et a été transportée à l’hôpital en ambulance.

De son côté, la police canadienne de Gatineau n’a pas tardé à répliquer. En effet, vendredi soir, elle a indiqué dans un communiqué que ses agents avaient été appelés à assister un huissier exécutant une ordonnance le 2 août vers 13 h 30. Ils ont déclaré que, la personne était non seulement « «agressive » mais aussi, affichait un total refus de « collaborer » et que la police n’a intervenu que « pour expliquer le processus.» Et que c’est plutôt un des leurs qui a été frappé au visage et blessé.»

Source Gfm