5 décembre 2022
Accueil » Instrumentalisations politiques des identités ethniques: un poison pour défaire le Sénégal

Instrumentalisations politiques des identités ethniques: un poison pour défaire le Sénégal



Je ne suis pas Mancabou, je ne suis pas Mankagne, je suis Sénégalais, je suis croyant d’une Nation dont la devise est un hymne à l’unité : Un (même), Un (même) But, Une (même) Foi
La mankagnisation de la mort de François Mancabou et les grotesques tentatives de récupération politicienne de ce drame ne sont pas dignes du Sénégal.
Il ne faut pas habituer Sénégalais à la propagande ethnique, à la préférence identitaire à voir partout des complots politiques pour liquider des adversaires. La mort d’une personne est suffisamment grave pour être braconnée par de politiciens sans foi ni loi.
La conférence de presse convoquée par la communauté mankagne pour se prononcer sur le décès de François Mancabou est inacceptable.
Le gouvernement doit s’opposer avec la plus grande fermeté à cette dérive ethnique.
Pour ce qui le concerne, la presse sénégalaise doit refuser de convrir cette dangereuse manipulation ethnique de la mort de Monsieur Mancabou.
Laisser des irresponsables braconner la mort de François Mancabou c’est ouvrir la boite à Pandore au suicidaire replis identitaires.
Après les Mankagnes aujourd’hui, ce sera demain le tour des Diolas, Sérères, Al Poulars, Sine Sine, Walo Walo, Diolof Diolof, Lébous, Musulmans, Chrétiens, Tidianes, Mourides, Khadres, Layénes, Omariens, Niasènes, Ibadous d’organiser des actions communautaristes si un des leurs est victime d’une bavure policière.
Monsieur François Mancabou n’est pas le premier mort dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie.
Il n’est pas non plus mort parce qu’il est mankagne.
Avant lui des Sénégalais de toutes les éthies ont trouvé la mort dans les commissariats, brigade ou à l’occasion de troubles à l’ordre public.
On n’a jamais entendu, les proches de victimes ethniser leurs drames.
Laisser croire que Monsieur Mancabou est mort pour ses origines ethniques est la fois inadmissible et improductif.
Cette affaire est trop sérieux pour être laissée aux seuls Mankagnes.
C’est une question de défense de la vie et non d’une ethnie.
Laisser prospérer ce dérapage ethnique c’est assurément défaire le Sénégal de ce qu’il a de plus précieux: le vivre ensemble millénaire.
Cela a brûlé la Côte-d’Ivoire et provoqué des génocides et autres pogromes ailleurs.
Il faut ignorer l’histoire du peuplement du Sénégal pour oser construire un discours sur l’ethnie.
Le Sénégal est un Finistère où des populations s’y sont installées et y ont appris à vivre ensemble depuis plusieurs milliers d’années.
Le Mankagne est chez lui partout au Sénégal.
Tous les vrais Républicains, vrais Démocrates et vrais Progressistes sénégalais doivent se mobiliser pour:
1. l’ouverture d’enquêtes rigoureuses, afin d’aboutir à des sanctions exemplaires à l’encontre de toute personne impliquée dans la violence, le traitement inhumain et dégradant dans ou en-dehors des lieux de détention et de privations des libertés;
2. faire cesser l’utilisation disproportionnée l’usage de la force dans la dispersion des manifestations non autorisées;
3. mettre fin à l’impunité ;
4. renforcer l’indépendance de la justice par le respect strict des principes de séparation des pouvoirs ;
5. doter l’Observateur national des lieux de privation de liberté du Sénégal de plus de moyens humains, techniques et financiers.
Pour ce qui concerne les causes de l’arrestation de Monsieur Mancabou le gouvernement doit officiellement édifier les tenants et aboutissants de la tentative de déstabilisation du Sénégal.
Aujourd’hui les Sénégalais doivent dépasser les frontières nationales à fortiori les identités ethniques.
Le vrai combat utile est celui d’une plus grande place de notre pays dans les espaces communautaires de l’Uemoa, la Cedeao et la Zleca où est garantie la libre circulation des personnes et des biens.
LIBERTÉ, DÉMOCRATIE, FRATERNITÉ
Vive le Sénégal !
Vive la République !
Peut être une image de texte qui dit ’Le Sénégal’
22
26 commentaires
4 partages
J’aime

 

Partager