Les Magistrats ne peuvent servir de bras armés utilisés pour la liquidation d’adversaires politiques

Les « attaques » et autres « actes de défiance de Ousmane Sonko envers la Justice ont fait réagir l’Union des magistrats sénégalais. Son président a déclaré en conférence de presse ce lundi que « les Magistrats ne peuvent servir de bras armés utilisés pour la liquidation d’adversaires politiques. »



Les « attaques » et autres « actes de défiance de Ousmane Sonko envers la Justice ont fait réagir l’Union des magistrats sénégalais. Son président a déclaré en conférence de presse ce lundi que « les Magistrats ne peuvent servir de bras armés utilisés pour la liquidation d’adversaires politiques. »
« L’UMS tient à condamner ces genre d’attitudes. Il ne peut être permis à un justiciable, quel que soit son rang, de se hisser au-dessus des Lois ou de s’arroger le droit de vouer aux gémonies le respect dû à la Justice », a dit le magistrat Ousmane Chimère Diouf.
Si l’on en croit le juge, les institutions de la République sont au-dessus de tout intérêt personnel. « Elles sont en effet pérennes alors que lesdits intérêts ne sont que provisoires », a-t-il indiqué.
Le magistrat a tenu à rappeler que ses collègues ne rendent pas leurs décisions « pour faire plaisir à qui que ce soit » « Notre mission consiste à aller chercher la vérité sur la base des éléments versés dans les dossiers », estime Ousmane Chimère Diouf, président de l’UMS.