Le marxisme-léninisme n’est pas une idéologie absurde pour une bande d’athées

Excellence, Monsieur le Président de la République, dans votre adresse au COJER de l’APR après les élections législatives du 30 juillet 2017, vous avez dit en substance : « Etre communiste jusqu’à 20 à 30 c’est bon. Mais au-delà, cela pose problème pour un musulman. »
Et vous avez demandé gentiment à vos anciens camarades d’And Jëf-MRDN de vous excuser pour cette boutade qui reprend en substance celle qui avait été formulée par feu Babacar Sine dit Doudou, directeur du CESTI de 1981 à 1989 et décédé en 2009. Doudou Sine avait sorti cette boutade, maintenant un peu galvaudée, quand il avait rejoint le régime de Senghor/Diouf. Il avait dit en substance : « Si on n’est pas communiste à 20 ans, c’est qu’on est pas intelligent.
Etre communiste après 30 ans, c’est manquer de réalisme. ». Le marxisme-léninisme n’est pas un jouet pour adolescents et jeunes adultes. Le marxisme-léninisme ne mourra jamais. Le marxisme-léninisme n’a rien à voir avec le hideux avatar imposé par le futé et impitoyable Staline et des idiots comme Brejnev. Le marxisme-léninisme n’a rien à voir avec certains avatars tropicaux qui nous ont tympanisés des années durant et qui avaient versé dans la tyrannie la plus féroce.
Ce qui avait manqué à nos partis locaux c’était surtout une interprétation du marxisme-léninisme à partir de nos réalités profondes en lieu et place de l’insipide copier-coller. C’est ce que Cheikh Anta Diop leur reprochait, dans « Fondements d’un Etat Fédéral d’Afrique Noire », en plus des vociférations injurieuses en partie imputables à la fougue de la jeunesse. Faites la comparaison entre la Démocratie Nouvelle de Mao et le projet de programme de And Jëf au début des années 1980 quand Diouf avait instauré le multipartisme intégral. Rien que du psittacisme.
Mais AJ-MRDN était quand-même devenu une formidable école qui a généré des cadres qui ont essaimé dans toutes les formations politiques qu’ils combattaient de bonne foi et à juste titre. « La religion est l’opium du peuple », affirmait Marx dans sa « Critique de la philosophie du droit de Hegel (1843)”. Mais un communiste fondamental comme Amath Dansokho avait comme meilleur ami un certain Cheikh Ahmed Tidiane Sy al-Makhtoum. D’autres grands combattants de la liberté comme l’adorable Moussa Kane du PAI, devenu Cheikh Mouride, se sont repliés dans la religion.
Certains en rient encore aujourd’hui, ignorant que tous ceux qui avaient choisi le même chemin que le célèbre professeur de philosophie n’avaient pas du tout tort car Marx et Engels combattaient plutôt la mise en otage de la mosquée et de l’église pour servir de sordides desseins impérialistes ou pour le contrôle des esprits des prolétaires et des masses paysannes soumis à une exploitation féroce. La religion avait été auparavant instrumentalisée pour lobotomiser les esclaves et faciliter ainsi leur contrôle dans les plantations qui avaient essaimé depuis les vallées de l’Indus et du Gange, et du Moyen Orient aux plaines du Mississippi.
Marx et Engels ne s’attaquaient pas à la quintessence même de la religion mais à son instrumentalisation par des cannibales dont le seul but était de confisquer les terres de peuples entiers dont ils ne se privaient pas aussi de siphonner le sang jusqu’à la dernière goutte. Des communistes sincères, mais qui n’avaient pas du tout compris, avaient choisi de fermer des lieux de cultes ou de les transformer en bibliothèques ou autres, s’aliénant ainsi des pans entiers de leurs sociétés. Et leurs concitoyens, blessés dans le plus profond de leur être, n’avaient pas hésité à accompagner la déferlante qui a balayé les régimes communistes en Europe.
And Jëf-MRDN avait dans ses rangs une majorité de musulmans et de chrétiens confirmés, y compris de nombreux arabisants qui avaient contribué à vulgariser le message de ce mouvement. Excellence, vous conviendrez avec moi que Marx et Engels se retrouveraient parfaitement dans le combat d’un saint homme comme Ahmadou Bamba. Le marxisme-léninisme était et demeure un guide pour l’action à la disposition des défenseurs de la liberté.
Le marxisme-léninisme s’exprime encore aujourd’hui par la voix de jeunes combattants, comme une certain Malal Talla, alias Fou Malade, un pur produit de l’Académie AJ de Guédiawaye-Baay Laay. Enfin, je dis quand-même bon vent à tous les marxistes-léninistes repentis et surtout félicitations à ceux d’entre eux qui étaient armés de la pensée de Mao Zedong et qui gouvernent le pays aujourd’hui. Excellence, Monsieur le Président de la République, vous devez renouveler vos excuses à vos anciens camarades de parti. Vous n’avez pas besoin de le faire verbalement. C’est déjà fait.
Participez tout simplement au travail de mémoire initié par Sidiki Abdoul Daff et d’autres bonnes volontés pour exhumer l’histoire de cette grande école qu’était And Jëf-Mouvement Révolutionnaire pour la Démocratie Nouvelle. Ce travail de mémoire s’impose aussi pour l’ensemble de la Gauche sénégalaise et même pour ceux qui n’étaient pas du même bord et qui, peut-être, cherchaient le même port.
Humblement et avec sincérité,
Votre concitoyen
Dr. Ibrahima Seck
Enseignant-Chercheur au département d’histoire de l’UCAD
Nouvelle Orléans, 10 septembre 2017

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*