Aly Ngouille Ndiaye, Matam ne veut pas de vos promesses vides

Votre séjour politique déguisé à Matam n’a fait qu’empirer la situation sinistre que vivent ces populations depuis un bon bout de temps. A l’annonce de votre visite chez nous, tout matam avait retenu son souffle, car actuellement nous vivons la situation la plus difficile de notre existence occasionnée par une inondation jamais connue du bon souvenir des matamois. Mr le ministre on s’attendait à recevoir de vous mieux de ce que vous nous avez servi comme victuailles. L’ordonnance prescrite n’ira pas au bout de la maladie, pire elle l’a même aggravé.
En vous accueillant chez nous, on espérait de vous une compassion à notre endroit. Si tu avais été plus regardant tu l’aurais certainement bien remarqué à travers nos regards. Nous souffrons et atrocement de cette discrimination dont nous sommes victimes. A la neuvième année de votre règne nous ne cessons de vivre toujours dans cette situation de promesse que vous avez expressément créée pour nous.
Matam est juste un oublié de votre agenda et d’ailleurs tout porte à croire qu’à travers votre politique nos doléances ne font plus partie de vos priorités. Nous ne sommes pour vous qu’un vivier électoral à respecter que le temps d’une échéance électorale. A quand la fin de ce manque de considération?
Monsieur le ministre à l’annonce de votre visite chez nous on s’attendait à recevoir de vous des motopompes et des milliers de litres de fuel comme cela était le cas dans d’autres localités. A défaut et au pire des cas on espérait au moins recevoir de vous de petites enveloppes de réconfort pour au moins soulager certaines familles impactées mais que nenni. Vous êtes juste venus très bien habillé, confortablement installé au milieu d’un zodiaque roulant à une vitesse qui te permettait de contempler de très loin notre amertume. Que du tourisme sinon rien d’autre.
Nous sommes désolés mais vos fausses promesses nous laissent de marbre car la situation que nous vivons présentement ne peut pas attendre. Le fleuve est plein à craquer la menace de débordement est imminente et peut survenir à tout moment. vous le savez mieux que moi des vies entières peuvent en être exposées.
Agissez avant qu’il ne soit encore tard. Ne nous laissez pas mourir de cette eau et revenir demain avec un grand cortège pour assister à nos funérailles.
La situation que nous vivons présentement ne peut pas attendre. Nous demeurons la population la plus exposée. Si dans le pays les gens souffrent des pluies diluviennes, ici à Matam au-delà des pluies il y’a un fleuve qui menace de déborder. Alors vous comprenez que nous sommes doublement menacés.

2 thoughts on “Aly Ngouille Ndiaye, Matam ne veut pas de vos promesses vides

Comments are closed.