Attention aux effets pervers de l embargo !

Le Mali reste intégré aux pays de l UEMOA selon la logique du pacte colonial qui perdure dans le système des échanges économique de ces pays . Les recettes douanières et revenus indirects de certains pays comme le Sénégal vont fondre très rapidement . Le Port de Dakar a comme principal client le Mali

– la fermeture des frontières va grever non seulement les recettes budgétaires des États mais elle va accentuer les tensions sociales du fait du manque de revenus pour les populations des zones frontalières déjà gravement frappées par la crise du COVID-19
– Les Gouvernements sont ils prêts à gérer les conséquences politiques des tensions économiques et sociales de l embargo ?

—Le blocage des circuits formels des échanges entraîne déjà la floraison des circuits parallèles à la grande joie des agents de l économie criminelle
—Les Jihadistes et autres groupes armés en profiteront pour étendre leurs réseaux illicites et partant leur emprise sociale

—Le blocage des transactions financières conduiront au blocage des salaires et revenus pour les salariés civils , militaires et de sécurité au Mali avec comme corollaire la paralysie de l état dans toutes ses activités y compris la lutte antiterroriste . Ce qui va livrer ce qui reste du pays au libre déploiement des groupes terroristes et armes de tout acabit . Il est évident que des soldats sans salaire n iront pas au front !

—Quid du mode de paiement de la portion des salaires des membres du personnel et contingents (13000) et autres agents internationaux au Mali . Quelles conséquences pour la Sécurité des Établissements financiers qui se mettraient à servir uniquement les Étrangers au détriment des nationaux sur leur propre territoire ?

—Enfin quelles conséquences pour les échanges sous régionaux de l attitude de l Algérie , de la Mauritanie et du Maroc (lié au Mali par un couloir commercial à travers le Sahara) sans compter d autres pays tiers hors Cedeao ?

Au delà de la volonté de « punir «  les Putchistes il y’a lieu de réfléchir plus sereinement à la décision d embargo . Par ses effets pervers celui-ci apparaît comme un couteau à double tranchant qui pourrait couper des veines de la vie économique et sociale de la sous-région et provoquer l aggravation de la sécurité dans toute la région .
Le Mali de 2020 n est pas la Cote d Ivoire de2010 !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*