Chers parents d’élève, à vos responsabilités! Par Pape Mamadou Faye

Nos dirigeants, le Président de la République et son gouvernement, persistent à vouloir rouvrir l’école ce 02 juin 2020 en cette période où la pandémie a atteint sa vitesse de croisière.

Devant une gestion incohérente, absurde et chaotique de cette crise sanitaire par ces mêmes dirigeants, vous êtes mis devant vos responsabilités chers parents d’élève.

Pour preuve, nos chers dirigeants, depuis le début de la pandémie jusqu’au moment où j’écris ces lignes, n’ont jamais été clairvoyants et encore moins lucides dans les décisions prises pour lutter contre ce virus.

Les décisions prises n’ont jamais été au prorata de l’intensité de la pandémie, ni à la dimension de son rythme de progression pour pouvoir apporter la réplique idoine et ainsi en freiner la propagation.

En effet, le Sénégal a été mis sous couvre-feu et en état d’urgence. Le Président de la République s’est vu accordé une loi d’habilitation pour une durée de 3 mois, il a mobilisé, avec toutes les forces vives de la nation, 1000 milliards pour la riposte, alors qu’on ne comptait que 71 malades du COVID-19 sous traitement. Avec toute cette armada de mesures, quels sont les résultats obtenus dans la lutte contre le virus, à ce jour ? Je vous laisse répondre.

Nous avons eu droit à des décisions dont les effets ont été contraires aux effets escomptés, nous pouvons citer la décision d’arrêter la vente du pain chez les boutiquiers qui a eu pour conséquence des bousculades et des regroupements de personnes au niveau des boulangeries, ce qui est contraire au protocole sanitaire « aux gestes barrières » préconisé.

Nous avons eu droit à des décisions que la population n’a même pas eu le temps de suivre pour les voir changées, nous pouvons citer l’arrêté portant fermeture des marchés, ne permettant aux uns que 2 jours de travail dans la semaine et aux autres que 3 jours de travail dans la semaine ; mesure complètement revue, j’ai failli dire changée une semaine après sa publication.

.Bref, ce qui est sûr et certain, c’est que le virus est bien là et continue son petit bonhomme de chemin.

Maîtres dans l’art du tâtonnement, du cafouillage et de l’absurde nos chers dirigeants ont pris la décision de rouvrir l’école. Ils disent vouloir sauver l’année scolaire pour 551.000 apprenants, je veux dire les élèves qui sont en classe d’examen (CFE, BFEM, BAC) ; au détriment de 2.949.000 apprenants, c’est-à-dire les élèves qui sont dans les classes intermédiaires qui sont réduits à être des laissés-pour-compte. Et pour ces derniers, est-ce-que nos chers dirigeants comptent sauver l’année scolaire? Mystère et boule de gomme, je veux dire QUE NENNI ! J’ai comme l’impression qu’on est dans l’URGENCE pour les premiers, il faut rouvrir vaille que vaille l’école le 2 juin 2020, et pour les derniers, APRES ON VERRA…..

Nous sommes en train de nous rendre complices d’une grande injustice et d’une énorme mascarade.

Ce que nos chers dirigeants auront réussi, c’est de transformer l’école, un milieu social et de brassage par essence, un lieu d’acquisition du savoir et de développement pour les disciples, en un lieu mélodramatique où vont régner la peur, l’angoisse voire la psychose d’un virus nommé COVID-19. Et les enfants n’ont pas leur place dans ce mélodrame aux implications politico-sanitaires complexes et à donner le frisson, dont l’origine, l’objectif et les effets sont encore flous aux yeux du monde entier.

Devant cette gestion brumeuse de nos dirigeants par rapport à un virus encore obscur qui met le monde entier dans une profonde nébuleuse :

  • Des imams ont pris la responsabilité de ne pas rouvrir leurs mosquées
  • Des magistrats ont pris la responsabilité de ne pas ouvrir les cours et tribunaux et tutti quanti.

L’explication est simple, ils ne veulent pas prendre le risque de risquer la vie d’autrui. En parlant de risque, je pense que ce serait un RISQUE MAJEUR d’envoyer les enfants à l’école le 2 juin, car c’est non seulement risquer leurs vies, mais aussi celles de leurs parents. Pourraient-ils apporter le virus à la maison ? Répondez par oui ou par non, qu’importe, ils ne seront nullement RESPONSABLES.

Chers parents d’élève, autant les enfants sont sous votre tutelle légitime et légale voire sous votre responsabilité, autant, comme je l’ai dit tantôt, VOUS ETES MIS DEVANT VOS RESPONSABILITES.

Chers parents d’élève, comme dirait l’autre, LE DERNIER MOT VOUS REVIENT.

 

PAPA MAMADOU FAYE

Dakar, le 27 mai 2020