Simple meurtre ou processus de liquidation?

Abdou Elinkine Diatta, (auto-proclamé Secrétaire général du Mfdc), a été abattu par des hommes armés qui ont fait irruption hier, dimanche, à Mlomp Blouf. Cet acte de violence réactive une série d’interrogations sur ses vraies motivations. Simple meurtre, règlement de comptes ou processus de liquidation ? En tout cas, le processus de paix en marche accuse un  coup dur et le fossé s’élargit sur les divisions internes du Mfdc.

C’est en pleine cérémonie d’intronisation qu’Abdou Elinkine Diatta a été abattu par des hommes armés qui ont fait irruption dans le village, à bord de motos Jakarta. Grièvement blessé, il a succombé à ses blessures quelques minutes après et le jeune intronisé est mort sur le coup, atteint par les rafales de ses bourreaux qui se sont évaporés dans la nature aussitôt, laissant derrière une psychose totale. Trois autres personnes ont été blessées et ont été évacuées à l’hôpital de Ziguinchor. Aux dernières nouvelles, c’est un commando qui a débarqué dans la zone pour perpétrer ce meurtre.

Qui sont les bourreaux d’Abdou Elinkine ?

C’est souvent le cercle de l’omerta. Difficile d’identifier les bourreaux de celui qui s’est toujours auto-proclamé Secrétaire Général du Mfdc, des éléments armés à bord de motos Jakarta qui ont tiré à bout portant sur Abdou Elinkine et les autres personnes sur place. L’homme n’était pas en odeur de sainteté avec ses anciens compagnons de guerre mais il est difficile de comprendre qu’Abdou Elinkine Diatta qui procédait souvent à des cérémonies d’intronisation dans sa zone puisse s’attirer les foudres de ces assaillants qui n’ont laissé aucune trace après leur forfait, si ce n’est leur armada déployé car ils étaient lourdement armés. Le mode opératoire de l’assassinat montre que ces éléments armés étaient bien informés de la présence et de la tenue de cette cérémonie d’Abdou Elinkine Diatta sur place hier, dimanche.

Règlement de comptes ou processus de liquidation ?

Une série d’hypothèses pourrait sous-tendre en tout cas les raisons de cet assassinat qui pourrait procéder d’un ciblage consécutif à un processus de liquidation. Entreprise de liquidation de tous ceux qui sont catalogués « traitres ». Et là, ceux qui sont considérés comme étant des traîtres de la cause sont ceux qui étaient leurs compagnons et qui ont fini par quitter les rangs du maquis pour se retrouver dans des dynamiques de pacification.   Il semble s’y ajouter le fait qu’Abdou Elinkine s’était toujours proclamé secrétaire général du mouvement après la mort de l’Abbé Diamacoune Senghor en revendiquant la légitimité. Il a longtemps fonctionné sous ce registre : une attitude qui n’a pas plu à certains qui ne cachaient pas leur aversion pour l’homme. Et dans ses déclarations, Abdou Eloinkine Diatta a été très peu amène avec certains certains chefs de guerre comme Salif Sadio. D’où l’hypothèse d’un probable ciblage systématique fatal à l’homme. Qui plus est, on semble faire état du fait que ces derniers temps-ci, le chef rebelle Salif Sadio réactivait ses réseaux de la zone avec la  tentative d’organisation à Kagnobon, à Thionk Essyl , des rencontres du Chef rebelle interdites par l’autorité.

Et certains pourraient voir d’un mauvais œil l’organisation de cérémonies par Abdou Elinkine Diatta au moment où les manifestations initiées par Salif Sadio sont interdites.

Ce meurtre d’Abdou Elinkine Diatta ressemble un peu à la série d’assassinats perpétrés il y a quelques années par des éléments armés qui avaient tué le chef rebelle Maurice Adioka dans les mêmes conditions.

L’ancien Président du Conseil Régional de Ziguinchor, El hadji Omar Lamine Badji, avait également péri sous les balles d’éléments armés qui avaient fait irruption dans son domicile à Sindian. Un an après, Chérif Samsidine Aïdara subit le même sort d’éléments armés qui l’ont froidement abattu chez lui à Mahmouda. Des meurtres qui ont un dénominateur commun ; ils ont été perpétrés sur des personnes « artisans » de la paix par des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (Mfdc).  En réalité, le meurtre d’Abdou Elinkine Diatta agresse sérieusement le processus de paix en Casamance et l’œuvre de réunification du Mfdc risque d’en pâtir encore plus. Les anciens rebelles reconvertis en prêcheurs de paix sont-ils les cibles de certains éléments radicalement opposés à la paix ? Cette interrogation taraude en ce moment tous les esprits dans cette partie sud du pays.

2 thoughts on “Simple meurtre ou processus de liquidation?

  1. Excellent post. I was checking constantly this blog and I’m impressed! Very useful information particularly the last part 🙂 I care for such information much. I was looking for this certain info for a very long time. Thank you and good luck.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *