27 septembre 2022

Ces lois du pdt Macky Sall qui Souffrent Dans leur Application.

Dès son accession à la magistrature suprême,  le chef de l’état Macky sall à vite affiché sa volonté de réduire la souffrance des sénégalais . Après 2 ans de gouver nance Macky sall engage des réformes. Pour y arriver il faut passer par l’assemblée nationale. Des projets de loi sont soumis à l’assemblée nationale. Des textes qui passent comme lettre à la poste mais qui ne sont jamais suivis d’effets dans leurs application.

Le 21 avril 2015 l’assemblée nationale vote la loi interdisant lala vente des sachets plastiques.

Cette loi dispose que sont interdites sur toute l’étendue du territoire national la production, l’importation, l’utilisation, La détention en vue de la mise en vente ou la vente ou la distribution à titre gratuit de sachets plastiques d’une épaisseur inférieure à 30 microns. 7 ans après le vote de cette loi le marché sénégalais est encore inondé de sachets plastiques. Mieux selon des chiffres se l ‘ Ansd les importations de sachets plastiques ont connu une hausse en 2016 et 2017 passant de 1645 tonnes en 2015 à 2280 tonnes en 2016.
Aujourd’hui encore des millions de tonnes de sachets sont versés chaque année dans la nature.

Le 22 janvier 2014 la loi portant baisse du loyer entre en vigueur.

L’article 1er de ce texte stipule qu’à compter de l’entrée en vigueur de la présente loi, les prix des loyers des baux à usage d’habitation à l’exclusion de ceux dont la fixation à été obtenue suivant la méthode de la surface corrigée sont baissés comme suit :

Les loyers inférieurs à 150 000 fcfa subissent une baisse de 29%.
Les loyers compris entre 150 000 et 500 000 fcfa subissent une baisse de 14%
Les loyers supérieurs à 500 000fcfa subissent
une baisse de 4%.
Ces tarifs sont foulés au pied par une bonne partie des bailleurs. Pire encore la loi à été à l’origine de conflits entre locataires et bailleurs parfois sans arbitrage de l’Etat. Des propriétaires de maisons ont même poussé leurs locataires à la sortie pour ensuite imposer de nouveaux tarifs beaucoup plus chers.

Le 28 mars 2014 la loi portant conditionnement vente et usage du tabac est publiée au JO.

Cette loi est l’aboutissement d’un long processus de lutte anti tabac. Une lutte portée d’une part par la société civile dont la ligue sénégalaise contre le tabac la (listab) et les parents d’élèves et d’autres part par les professionnels de la santé. Convaincue par les plaidoyers des uns et des autres sur les dangers du tabac les parlementaires finissent par voter la loi un 14 mars 2014. Le texte en question interdit la vente du tabac aux mineurs . Il sanctionne aussi le fait de fumer dans des lieux publics. Il réglemente enfin la vente de cigarettes à 200 mettres des établissements scolaires.

L’application de ces textes comme tant d’autres font toujours défaut car dépourvus de mesures d’accompagnement. La majeure partie de ces lois sont votées dans la précipitation sans une étude approfondie préalable. Uns question taraude alors l’esprit des sénégalais. A quoi bon de voter des lois si ces dernières ne sont suivies d’applications et les récalcitrants ne jamais poursuivis devant les tribunaux ou frappés de sanctions ?