27 septembre 2022

LES VENDANGES SÉNÉGALAISES

Les uns vendangent notre pétrole et nos sous les Lions eux vendangent les buts. Mbaye Niang que j’aime bien, aurait pu marquer … quatre buts au moins. Il a été d’une fébrile maladresse qu’on ne lui a pas connu à Rennes cette saison.

Je ne suis pas chauvin et en général, je suis du côté des « petits », des « faibles ». Question de culture politique, qui vient de loin. Mais tout de même, quand on domine outrageusement comme on l’a fait ce dimanche, quand on a reçu tous ces coups des héritiers de Sam Nujoma, on ne peut pas être d’une telle désinvolture devant les buts. Moi qui ne sais pas de quel pied frapper, encore moins marquer, je sais pourtant voir quand on a fait un ratage XXL.

En général, je suis indulgent avec les arbitres, sauf quand ils oublient leurs cartons dans leurs poches, comme pour lancer des invitations aux crampons appuyés. Aujourd’hui, les Tanzaniens en ont abusé.

Le petit lutin Krépin, je le prédis comme les « saltigués » : un digne doublon de Mané. Même si je rêve de les voir associés un jour, avec un Mbaye Niang en grande forme, un Ibrahima Sarr moins erratique.

Bon, on annonce trois minutes de temps additionnel. Moi je clôs ce billet de la CAN, au moment ou on cisaille pour la énième fois. Ismaila Sarr.

Oui, on a bien joué, mais on a mal… conclu. Il faut vite oublier ce match et ses fondamentaux. Parce que le prochain match, contre l’Algérie ne se jouera pas avec les mêmes gammes.

Allez, ne soyez pas chauvins mais sport… Tout compte fait, ce n’est  que ça : du sport.