27 septembre 2022

Ndiaga Sylla suggère de sortir la Daf et la Dge de la tutelle du ministère de l’Intérieur

Pour l’expert électoral Ndiaga Sylla la mise sur pied d’une commission cellulaire et la désignation d’une personnalité neutre pour conduire le dialogue politique, ne suffisent pas à elles seules pour garantir un consensus entre l’État et les chapelles politiques. D’autant moins que, renseigne-t-il, depuis toujours les concertations entre acteurs politiques ont été dirigées par des personnalités neutres. Le fait est qu’il y a « une rupture de confiance entre les acteurs », constate Ndiaga Sylla, invité de l’émission Objection sur Sud Fm ce dimanche 19 mai.

« Il est important, estime Ndiaga Sylla, que le futur président (de la commission) puisse jouer de tout son poids pour rapprocher les positions et faire en sorte qu’à chaque fois qu’il y a blocage que les acteurs puissent lâcher du lest pour aller vers un compromis. »

À défaut de nommer une personnalité neutre au ministère de l’Intérieur pour conduire les élections, Ndiaga Sylla esquisse d’autres solutions de « sortie de crise » comme le renforcement de notre modèle (système) électorale. Il détaille : « On a un modèle mixte qui consiste à faire en sorte que l’administration à travers le ministre de l’Intérieur organise les élections et la Cena, commission indépendante, supervise. Pour rassurer les acteurs, à mon avis, il est possible d’envisager de sortir la Daf et la Dge de la tutelle du ministère de l’Intérieur. Faire en sorte qu’elles soient une administration autonome. »