5 décembre 2022
Accueil » Autoroute à péage : Adama FAYE, le frère de la première dame arrêté, puis relâché pour coups et blessures

Autoroute à péage : Adama FAYE, le frère de la première dame arrêté, puis relâché pour coups et blessures

L’incident a failli tourner au vinaigre. Le beau-frère du chef de l’Etat a échappé de justesse à des poursuites judiciaires.

Samedi soir, alors que la plupart des Dakarois était occupée à évacuer les eaux pluviales, suite aux fortes pluies enregistrées la veille, vendredi. Pendant ce temps, un grave incident se déroulait sur l’autoroute à péage. L’affaire opposait Adama FAYE, beau frère du Président de la république, sa fille de 16 ans et son petit-ami, âgé de 18 ans et fils de la directrice générale de la Société Africaine de Raffinage (SAR), Marième NDOYE DECREANE.

D’après, le récit du journal Enquête paru ce lundi: Adama FAYE est parti à la recherche de sa fille, ne la voyant pas rentrer, alors qu’il commençait à faire nuit. Il l’a par la suite repéré, grâce à la géolocalisation de son téléphone, dans un KFC. Cependant, avant de la retrouver, l’adolescente fit un mouvement vers l’autoroute à péage en compagnie de son « ami-ami » , à bord d’un taxi.

Le frère de la première dame prend en chasse le taxi, qu’il réussit d’ailleurs à rattraper et de demander au chauffeur de se garer sur le bord de la route. Ce dernier refusa d’obtempérer. Une course-poursuite fut engagée. Après la quatrième injonction et coincé par Adama FAYE, le taximan se gare à hauteur de la gare de péage de Thiaroye.

Il bondit de son véhicule. Toujours, d’après le journal Enquête, il était «fou de rage» et muni d’une barre de fer; certains témoignages recueillis par le journal parlent d’une machette. Rouge de colère, il fracasse la vitre du taxi qui était relevé.

Les éclats blessent au coude le petit-ami de sa fille. Le taximan, lui, non plus n’a pas été épargné par les éclats. Son oreille a été touché. La situation aurait viré au drame sans l’intervention du peloton autoroutier de la gendarmerie.

Après visionnage des images de vidéo de surveillance, les gendarmes ont procédé à l’arrestation Adama FAYE. Le journal Enquête rapporte que ce dernier, à par la suite fait appel à ses deux frères, le ministre des Transports, Mansour Faye, et le nommé D. Faye, moins connu du grand public.

Au même moment, informe le journal, des membres de la famille du jeune homme prévenus, arrivent sur les lieux et portent plainte pour coups et blessures volontaires et menaces de mort. Adama FAYE réplique en Portant plainte pour «tentative de détournement de mineure».

C’est dans ces circonstances que, Mansour Faye entre en scène. Le ministre des Transports est à son tour arrivé sur les lieux de même que son autre frère D. FAYE. Rapporte le journal. Une médiation fut aussitôt entreprise et heureusement, elle aboutit au retrait des deux plaintes.

Toutefois, les gendarmes ont refusé de libérer Adama FAYE, ce, avant qu’une note du parquet ne vienne leurs contraindre à le remettre en liberté.

Des témoins cités par le journal se disent surpris par la tournure des événements. Ils confient : «Adama (Faye) a été catégorique, en soutenant que son objectif était de tuer le gamin, qu’il n’en a pas terminé avec lui, qu’il va lui régler son compte et définitivement».

Le papa et frère de la première dame réfute les accusations. «Je ne suis pas du genre à menacer de mort un jeune de 18 ans, jure-t-il dans les colonnes d’Enquête. Tout ce qui m’intéressait, c’était de récupérer ma fille, la ramener à la maison et ensuite de voir avec les médecins s’il n’y a pas d’autres problèmes. Alhamdoulilah !»

Adama FAYE a tenu à préciser que son frère, Mansour Faye, n’était qu’un « médiateur » quant à sa libération. Une médiation qui a aboutit au retrait des deux plaintes. Il a également démenti avoir utilisé un coupe-coupe. «Un homme comme moi ne peut pas se promener avec un coupe-coupe, se défend-t-il. C’est une petite barre de fer qui a servi à casser la vitre du taxi pour récupérer ma fille. N’importe quel père de famille, dans une situation comme celle-là, aurait sans doute agi comme moi.»

Source Dakar Matin.