La situation actuelle de détresse de l’humanité causée par le Coronavirus devient de plus en plus inquiétante.

Aujourd’hui, à cause de la gravité de cette maladie et de ses conséquences sur la santé de la population et la stabilité de l’économie mondiale, toutes les grandes puissances du monde touchées à l’image de la Chine, des USA, de la France etc., sont sur le pied de guerre contre cette ennemie invisible qui ne cesse de faire des ravages.
En effet, cette situation de crise internationale provoquée par ce virus dont la propagation  doit être vite maitrisée nous oblige à prendre des dispositions pour la protection de notre pays.
C’est l’occasion pour moi de réitérer mon soutien et ma parfaite adhésion aux mesures prises par le Président de la République et par le gouvernement du Sénégal pour contenir cette pandémie.
À cet effet, il appartient maintenant aux citoyens de prendre très au sérieux ces nouvelles règles de conduite et les respecter dans toute sa rigueur.
J’en appelle donc au sens élevé du respect de l’ordre et de la loi de tous nos concitoyens pour que l’anarchie et le désordre ne puissent pas avoir droit de cité dans notre pays .
C’est seulement dans cet esprit de discipline et de respect mutuel que nous pourrons ensemble relever le défi du CORONAVIRUS, de ses conséquences futures et du développement en général.
La Chine, jadis épicentre de l’épidémie reste un bon exemple pour le monde entier quant à la discipline, la solidarité qui doivent prévaloir dans de telles situations de crise.
Le gouvernement devra donc imposer sans aucune forme de faiblesse ou de compromis les règles et conduites nécessaires à la préservation de la vie des Sénégalais.
Je suggère en dernier lieu, au Ministère de la Santé de limiter voire arrêter en pareille circonstance  les cérémonies médiatisées de réception de dons qui écornent l’image d’un État fort capable de faire face aux urgences impérieuses du moment.
#Lat_Diop

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*