Corruption à l’Iaaf: Massata Diack encore cité

Encore de nouvelles révélations sur l’affaire de la corruption dans l’athlétisme qui implique l’ancien président de l’Iaaf Lamine Diack, son fils Papa Massata et une kyrielle d’autres personnalités. C’est ce que rapporte Les Échos dans sa parution de ce mardi.

Mediapart et le quotidien britannique The Guardian rapportent que le Qatar avait promis 37, 5 millions de dollars à l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (Iaaf) le jour du vote d’attribution des Mondiaux, dont 4,5 millions devaient être versés à Papa Massata Diack.

L’argent, qui devrait être versé à The Sporting Age, une société écran à Singapour contrôlée par Diack-fils, était destiné à acheter des droits nationaux des championnats d’athlétisme 2019 au Qatar. L’Iaaf indique qu’il n’a finalement pas bénéficié de ce contrat.

Sporting Age a aussi viré 1,87 million de dollars sur le compte d’une des sociétés de Massata Diack au Sénégal. La société a aussi financé 171 173 euros de frais professionnels de PMD, ainsi que ses séances de shopping à Abu Dhabi et à Paris.

The Sporting Age a viré 126 787  euros à une boutique de luxe du quartier des Champs Elysées pour Massata Diack qui y a acheté des montres et objets de luxe d’une valeur de 1,7 million d’euros. Une réunion au sommet a eu lieu entre Pape Massata Diack et l’Émir du Qatar, Ahmad al-Thani, le 12 mai 2013.

Un compte rendu confidentiel, saisi par les enquêteurs lors d’une perquisition au siège de l’Iaaf, est sans appel : L’Iaaf a proposé au Qatar d’acheter les droits télé et de sponsoring de ses compétitions en lien direct avec l’attribution des Mondiaux 2019 à Qatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *